Désir, plaisir

      Mais toutes les chansons
      Racontent la même histoire
      Il y a toujours un garçon
      Et une fille au désespoir
      Elle l’appelle
      Et il l’entend pas
      Il voit qu’elle
      Mais elle ne le voit pas

      Mon premier c’est désir
      Mon deuxième est plaisir
      Mon troisième c’est souffrir ouh ouh…
      Et mon tout fait des souvenirs, ouh, ouh …

La chanson de Voulzy dit tout du phénomène du plaisir.

Ayant écouté le philosophe Yan Marchand, auteur notamment de certains Petits Platons , j’ai exploré, dans le dictionnaire historique de la langue française, l’étymologie du mot désir.
C’est sidérant !

Le verbe désirer vient du latin desiderare, qui est composé du préfixe à valeur privative de et du mot sidus, sideris = astre.

Le verbe latin desiderare signifie « cesser de contempler l’astre ».
De là « considérer l’absence de l’astre » avec une forte idée de regret.

L’idée première de « regretter l’absence » (qu’on retrouve dans l’expression demander la lune, elle aussi du registre céleste) s’est effacée derrière l’idée positive de « souhaiter, chercher à obtenir ».
Le mot déverbal désir désigne ainsi l’aspiration, le souhait.

Comme dit la chanson, il y a, avant le désir, l’absence, le manque, la négation, et après lui viendra le plaisir, qui est dans l’instant, dans l’action et non dans le résultat, fugitif, cédant le pas à la souffrance, ne pouvant se prolonger, se retrouver que dans le souvenir … ouh, ouh …

6 réflexions au sujet de « Désir, plaisir »

  • 10/10/2017 à 10:54
    Permalink

    C’est votre mémoire qui est sidérante, Mi♭ , la mienne est piteuse ! J’avais complètement oublié que j’avais déjà étudié ce mot du désir il y a seulement cinq ans, ma tête est une passoire. Ce blogue est trop gros, trop vieux, il serait temps que je m’arrête et passe à autre chose !

  • 10/10/2017 à 15:01
    Permalink

    Par définition nos têtes sont toutes des passoires. Pour trouver quelques paillettes d’or il faut beaucoup de labeur à défaut du filon !
    En l’occurrence je m’apprêtais à réagir à votre blogon du jour où je me serais une fois de plus appuyé sur Dante et Musset à propos du désir. Pour vérifier mes citations je me suis reporté sur la « mémoire » de l’ordinateur qui a redonné vie à nos précédentes argumentations.
    Ne mettez pas fin à vos « animations » pour autant : les répétitions ne sont que des facettes d’un diamant qui enchante « notre monde de petits princes » marchants sur la lune et contemplant les étoiles !
    Merci pour être cette généreuse enchanteuse ou fée du trait de plume !

  • 15/10/2017 à 08:55
    Permalink

    Pourquoi vouloir arrêter le blog ! Mais non, c’est un petit plaisir de mes dimanches !
    Belle journée Grillon !

  • 15/10/2017 à 10:39
    Permalink

    Merci Syl ! J’ai une impression de surmenage en ce moment et de tout faire de travers, à cause d’un emploi du temps serré, et cette newsletter, qui ne fonctionnait plus parce que le système a changé, m’agace, je dois la monter manuellement, elle n’est plus automatique, je ne retrouvais plus la liste des abonnés, je crois que j’ai tout mélangé … enfin bref, je présente mes excuses à ceux qui reçoivent la newsletter sans l’avoir demandée et ceux qui ne la reçoivent pas en s’y étant abonnés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php