Noir, et ce n’est pas la nuit

« Littérature & appels d’air » précise sur sa couverture la revue que je suis fidèlement depuis son premier numéro.
Parution après parution mon admiration reste entière pour la moitié du fourbi.
J’avais parlé du premier numéro il y a juste deux ans,
et du troisième numéro l’an dernier.

Le dernier thème d’écriture est le noir, et, comme en hommage au poète Eugène Guillevic disparu il y a vingt ans, le titre de la revue est extrait du poème Je t’écris que Guillevic publia dans le recueil Sphère chez Gallimard en 1963.

J’aime Guillevic, ce Breton qui traduisit des écrivains allemands (revoir ici), et la première partie de La moitié du fourbi offre des textes écrits autour de Guillevic et de son idée poétique du noir.
Textes magnifiques dont le poète aurait été fier.

Viennent ensuite des textes très variés, gais ou tristes, saisissants, curieux, jubilatoires, donnant à la noirceur une lumière étonnante.

La description caustique et désopilante d’un certain restaurant parisien m’a tant amusée que je suis allée aussitôt vérifier sur internet s’il existait bien : oui, ce resto où les clients attablés sont plongés dans l’obscurité complète est bien réel, il est à découvrir là.
Si la cuisine est aussi hasardeuse que l’orthographe du site web, il vaut mieux choisir un lieu moins snob.

Cette revue au titre original est un espace d’écriture (je n’aime pas beaucoup le mot « atelier » en ce qui concerne l’écriture) de haute tenue, qui, aux appels d’air, répond par un souffle vivifiant, décoiffant, surprenant, une vraie bouffée d’oxygène. Ca vole haut dans les plumes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php