l’envers et l’endroit dans l’art floral

      Joseph De Bray, Fleurs autour d’une bouteille de porcelaine sur un bloc de marbre, 1661, musée royaux des beaux arts de Belgique, notice.

Ce tableau était autrefois attribué à l’artiste espagnole du XVIIème siècle Josepha de Obidos. Josepha est devenue Joseph !

La composition de ce petit tableau de fleurs, que j’ai trouvé dans le site des musées de Bruxelles, m’étonne.
Un bouquet de fleurs dans un vase offre en général un mouvement ascendant, les fleurs se dressent vers les hauteurs du tableau, occupent et animent le fond sombre et vide, le bouquet s’ouvre en un feu d’artifice pointant vers le ciel.
Ici, le bouquet n’est pas dans le vase, pas encore. Les fleurs se dirigent vers le bas, ornent l’entablement. Le haut du tableau reste obstinément vide, obscur. La chute des lis est magnifique. L’un d’eux se redresse et capte la lumière comme un astre. Le bouquet vu ainsi du dessus semble jaillir du tableau dans un élégant raccourci.

Le titre du tableau mentionne une bouteille, mais il s’agit d’un vase à col long et fin, comme dans le tableau de Chardin auquel j’ai pensé aussitôt :

    J.B.S. Chardin, Un vase de fleurs, début des années 1760, NG of Scotland Edimbourg, notice et commentaire

.

Dans les deux oeuvres, qu’un siècle sépare, le vase à décor bleu vient de Delft peut-être, la porcelaine est beaucoup moins périssable que les fleurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php