Plume en panne

Ce week-end avait lieu à Concarneau (-> photo) le salon de la littérature maritime, Livre&Mer.
Je m’y rends chaque année le coeur en joie.

Le soleil brillait mais ce n’était pas le calme plat, le vent agitait la mer, le quai, la plage et les pages, secouait le chapiteau abritant écrivains et libraires.
Il faisait froid aussi.
Calme vient du grec kauma qui veut dire « chaleur brûlante ».
On imagine que par cette chaleur, le vent disparaît, on est forcé de rester calme, tout mouvement réclamant de l’énergie et de la fraîcheur.

      Là tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme, et volupté.

      Baudelaire bien sûr, et Concarneau sur la photo.

J’ai appris, grâce à ce salon Livre&Mer, que le substantif calme a une origine marine. Le calme signifie la cessation complète de vent.
Par extension le calme a pris le sens d’absence d’agitation, de bruit, de perturbation …

L’entrée dans une librairie ne me calme pas, encore moins dans un salon du livre, la fièvre s’empare de ma raison …
Le dessin humoristique de Sarah Andersen me définit assez bien :

J’ai acheté plusieurs livres, trois ont une couverture d’un très beau bleu, un bleu breton, un bleu de ciel, de porcelaine, d’ardoise, d’agapanthe.

Dans le Dictionnaire marin des sentiments et des comportements composé par Pol Corvez, éd. Cristal, on découvre l’origine marine d’un grand nombre de mots et expressions de la langue française.

Ainsi peut-on y lire que :

La panne vient du latin penna, « plume ».
Dans la marine, mettre en panne consiste à orienter les voiles de façon à ce qu’elles ne prennent plus le vent, ce qui fait stopper le navire.
La voile réduite au vent s’amincit vers le bout comme la pointe d’une plume.
Le français a adopté l’expression marine être en panne ou rester en panne au figuré. La panne est donc l’arrêt soudain du fonctionnement d’un mécanisme ou l’arrêt d’une fonction physiologique ou mentale.

Si on dit d’un écrivain en manque d’inspiration que sa plume est en panne, c’est un pléonasme, ou une tautologie, non ?
Mais au bord de la mer, en plein vent, l’inspiration est naturelle !

    Albert Marquet, Voiliers à Sète, 1924, musée Paul Valéry Sète, page du musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php