Les bonnets rouges

imgp7926

Color colorum, la couleur des couleurs, c’est le rouge.
Le nouveau livre de Michel Pastoureau nous dit tout sur le Rouge.
Comme pour le bleu, le noir, le vert, il nous dévoile la couleur rouge dans toute son histoire, tous ses symboles.

Un livre abondamment illustré, un vrai rouge passion !

Un chapitre est consacré au ton rose, qui ne porta pas de nom jusqu’au XVIIIème siècle. Ce dernier n’aime pas le rouge, il est le siècle du bleu, du blanc, du rose, mais dans sa dernière décennie, le rouge prend le pas sur toutes les autres couleurs et devient politique.

Les grands peintres du rouge furent Van Eyck, Ucello, Carpaccio, Raphaël, Rubens, Georges de La Tour, pour ne citer que les plus anciens …

Couleur de la Pentecôte, du danger, du pouvoir, de l’interdiction, de l’alerte, de la séduction, de la sanction, de la colère, de l’amour, de la joie et la fête …

corotcowsngl

Le livre ne la mentionne pas et c’est normal, car la citation picturale est infime, je pense toujours au peintre Corot quand il est question du rouge, à son petit truc bien à lui.
Cette couleur est pourtant celle qu’il a utilisée avec le plus de parcimonie, elle n’a pas envahi sa palette, mais justement, très ponctuelle dans ses tableaux baignés d’une harmonie vert amande ou gris-bleu, elle attire l’oeil, concentre le regard.

corotcowsdetngl

Ce sont les fameux bonnets rouges de Corot, minuscules, silencieux, veloutés et pacifiques, petits lampions dans la brume élégiaque qui monte de l’étang de Mortefontaine, d’un lac, d’une rivière, d’un simple marécage, ou d’un tas de bois.

corotlacngl

corotlacdetngl Le personnage au bonnet rouge devient abstrait.

corotmortefontainel

      J.B.C. Corot, Souvenir de Mortefontaine, salon de 1864, Louvre, notice.

corotmortefontainedetlUnisexe, de taille unique, en pure laine ou en coton, le bonnet peut être porté aussi par une femme.

corottreengl

Des centaines de bonnets rouges se repèrent ainsi, de façon ludique comme des gommettes, dans les toiles de Corot, petites ou grandes …

corotgheerbranto

      J.B.C. Corot, Le moulin de Saint Nicolas-lez-Arras dit Moulin Gheerbrant, 1874, musée d’Orsay, notice.

Le site du musée d’Orsay ne propose pas de zoom, on ne voit pas nettement le bonnet rouge de l’homme agenouillé au bord de la Scarpe. C’est pourquoi j’ai choisi les Corot de la National Gallery de Londres.

Marque de fabrique du peintre, même la cathédrale de Chartres a son bonnet rouge !

corotchenengl

corotchenedetngl La minuscule touche de rouge primaire équilibre le tableau en rappelant d’autres nuances rouges semées ailleurs dans la composition sans que l’oeil du spectateur ne les perçoive. Elle attire l’attention sur le groupe de personnages si petit au pied de l’arbre, ce grain exotique de poivre rouge ajoute une poésie piquante à la nature grandiose.

Voilà enfin un bonnet rouge de saison, un nouveau que j’ai déjà posté à l’un de mes petits-enfants !

imgp7927

8 réflexions au sujet de « Les bonnets rouges »

  • 02/12/2016 à 14:29
    Permalink

    C’est extraordinaire comme tu sais dévoiler le détail des tableaux !! Est-ce toi qui t’es rendu compte de ce détail ?

  • 02/12/2016 à 16:00
    Permalink

    Oui, mais ce détail saute aux yeux quand on a vu beaucoup de tableaux de Corot ( au Louvre et au musée de Reims notamment), on finit par repérer le bonnet en premier, comme par jeu !

  • 02/12/2016 à 16:00
    Permalink

    Oui, mais ce détail saute aux yeux quand on a vu beaucoup de tableaux de Corot ( au Louvre et au musée de Reims notamment), on finit par repérer le bonnet en premier, comme par jeu !

  • 03/12/2016 à 11:04
    Permalink

    J’ai « Noir » et il n’est pas exclu que je reçoive « Rouge » à Noël. Mais je suis moi aussi impressionnée par ton oeil de lynx pour chasser les bonnets ! (maintenant je ne pourrai plus voir un Corot sans y penser, c’est réussi)

  • 03/12/2016 à 11:26
    Permalink

    « Rouge » sera un très beau cadeau de Noël !
    J’ai lu « Noir » en livre de poche, et j’aimerais me le procurer (d’occasion) en grand format illustré, cette série des couleurs est une pastourelle envoûtante !

  • 03/12/2016 à 11:39
    Permalink

    Merci Mi♭ pour le résumé des couleurs de la liturgie ! Le site oublie le rose qui n’apparaît que deux fois dans l’année : troisième dimanche de l’Avent et quatrième dimanche du Carême. Nous le verrons donc bientôt, j’aime beaucoup ce jour où le curé revêt son aube rose !

  • 03/12/2016 à 18:17
    Permalink

    Merci pour ces petites choses qui nous apprennent à mieux regarder les œuvres. Je travaille actuellement sur le portrait de Mr Bertin d’Ingres et la petite touche rouge est présente là aussi (rebord de la chaise) et cela m’a immédiatement interpellé.
    Vos articles sont toujours très intéressants, bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php