Le portrait double

baillyvaniteleyde

Encore l’autoportrait !
Celui-ci du musée de Leyde est étonnant.
L’artiste s’est représenté dans son tableau deux fois, à deux âges, jeune et vieux.

Il n’est pas rare que les artistes aient peint leurs autoportraits à des âges différents, on les voit jeunes, ensuite âgés à la fin de leur carrière, mais leurs toiles, produites à différentes époques, sont distinctes.

baillydet1leyde

Ici, David Bailly, natif de Leyde aux Pays-Bas, se montre jeune, avec ses cheveux bruns, tenant son propre portrait où il est âgé avec des cheveux gris. Il y a comme un certain anachronisme !

Ce tableau est une vanité, le peintre l’a voulu, et il l’a écrit, vanité des vanités, tout n’est que vanité.

baillydet4leyde

Vanité il y a, c’est évident, le temps passe, l’âme humaine est périssable, le sablier coule, la flamme de la bougie s’éteint, les pièces d’or et les richesses sont vaines, le crâne et les fleurs qui se fanent indiquent bien les vanités de ce bas monde, couronnées par les éphémères bulles de savon.

baillydet3leyde

Le peintre montre même le portrait de sa jeune femme défunte.
Les deux portraits ovales des époux forment des pendants.

baillydet5leyde

Outre la fuite du temps, ce tableau indique les cinq sens, l’ouie avec la flûte et la gravure du musicien au mur (d’après Hals), l’odorat avec les fleurs, le goût avec la pipe et le vin, la vue avec le petit miroir de la boîte, et le toucher avec les bulles car elles éclatent dès qu’on les touche.
L’artiste est aussi bon dans l’art du portrait que dans celui de la nature morte.

baillydet2leyde

Dans le catalogue de l’exposition de vanités du XVIIème siècle qui eut lieu à Paris en 1990, Alain Tapié fait remarquer à propos de ce tableau que, malgré toute la vanité des choses, l’âme humaine n’est pas perdue, on comprend que l’homme peut atteindre la vie éternelle en menant une vie sobre, en cherchant la sagesse.

Dans ce désordre d’images où jeunesse et vieillesse sont mêlées, dans cette construction en abîme, le verre de vin à moitié plein peut signifier la tempérance, les roses l’amour et la résurrection, les livres non usés et apparemment neufs une utilisation positive du savoir …

Méditation sur l’art aussi : le temps passe et altère les faits de l’existence, tandis que la peinture, en mêlant les époques, convie à l’éternité.

baillydet6leyde

Et puis, l’arrière-plan de cet étonnant tableau dévoile encore un autre portrait !
Sur le site du musée, on peut zoomer et observer le mur au fond de l’atelier du peintre :
Un visage est dessiné, en grand format, à même le mur. Figure fantomatique, passagère, aussi légère que la bulle de savon.
A nouveau sa femme semble-t-il, qui n’est plus et qui ne quitte pas ses pensées.
Le peintre s’est ainsi représenté deux fois, ainsi que son épouse.

2 réflexions au sujet de « Le portrait double »

  • 09/10/2016 à 12:56
    Permalink

    Superbe tableau ! j’aime cette composition et les deux médaillons côte à côte, des époux.
    Bon dimanche Grillon

  • 13/10/2016 à 21:07
    Permalink

    Extraordinaire surtout la dernière image avec le portrait de sa femme sur le mur !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php