la bonne chanson

verlainebnf

      Le foyer

      Le foyer, la lueur étroite de la lampe ;
      La rêverie avec le doigt contre la tempe
      Et les yeux se perdant parmi les yeux aimés ;
      L’heure du thé fumant et des livres fermés ;
      La douceur de sentir la fin de la soirée ;
      La fatigue charmante et l’attente adorée ;
      De l’ombre nuptiale et de la douce nuit,
      Oh ! tout cela, mon rêve attendri le poursuit
      Sans relâche, à travers toutes remises vaines,
      Impatient des mois, furieux des semaines !

      Paul Verlaine, recueil La bonne chanson, 1869-1870

J’avais laissé de côté ce poème pour mon sujet de la lampe, mais j’y reviens en musique.
Le nom du recueil est La bonne chanson, ce titre indique que les vingt et un poèmes réunis peuvent être mis en musique.
Ils l’ont été par de nombreux musiciens, les plus connus étant Gabriel Fauré, Claude Debussy, Reynaldo Hahn …
Puis au XXème siècle, un grand nombre de chanteurs ont interprété ces poèmes, comme par exemple Léo Ferré, Julos Beaucarne, Brassens, Trenet …

verlainedupont

Ce poème Le Foyer, qui convient bien à Grillon !, fut mis en musique en 1901 par Gabriel Dupont, un compositeur très peu connu aujourd’hui.
Je pense que Marcel Proust a dû entendre la musique de Dupont, elle est proche de celle de Fauré que l’écrivain aimait beaucoup.
Proust aimait surtout les mouvements lents, empreints de tendresse et douceur, les thèmes mélancoliques, mélodies d’un bonheur ineffable qui créent une petite musique intérieure berçant les souvenirs involontaires.

lebrunlectureo

      Georges Lebrun, Lecture le soir, 1908, dessin, musée d’Orsay, notice.

Verlaine (1844-1896) eut très tôt une conception musicale de la poésie, et il fut lu et entendu dans ce sens, aucun autre poète n’a autant inspiré musiciens et chanteurs.
Il effectua lui aussi une introversion, et plus tard une conversion spirituelle, il rechercha constamment une intimité tranquille que la poésie serait venue bercer. Une berceuse, une bonne chanson, pouvait calmer son angoisse. En peinture il aimait particulièrement Watteau et les impressionnistes, leur vision douce du monde, alors que lui-même vécut de façon tumultueuse, violente, passant deux ans en prison en 1873-1875.

La lueur étroite de la lampe laisse deviner l’heure vespérale, rêveuse et douce.

denislampeo

      Maurice Denis, Jeunes filles à la lampe, 1891, mba Lyon, notice.

2 réflexions au sujet de « la bonne chanson »

  • 28/02/2016 à 16:45
    Permalink

    On apprend toujours quelque chose en lisant vos articles : j’ignorais l’existence de ce compositeur. Merci !
    J’ai un recueil de la Bonne Chanson avec des illustrations de Seurat qui ressemblent beaucoup à celles que vous publiez ici. Est-il l’auteur de votre première illustration ?

  • 28/02/2016 à 18:11
    Permalink

    Je ne connais hélas pas le nom de l’artiste qui a dessiné cette première illustration, elle vient de la partition que j’ai trouvée dans le site de la BnF et dont j’indique la page, j’ai cherché partout le nom de cet artiste dont les initiales sont apparemment CR, mais je n’ai pas trouvé. Seurat aurait pu être le dessinateur en effet.
    Il y a une foule de compositeurs qui sont hélas tombés dans l’oubli, mais de Gabriel Dupont, on peut trouver des enregistrements, comme par exemple ce CD :
    http://www.amazon.fr/Gabriel-Dupont-Oeuvres-pour-Piano/dp/B00ITYHBLA/ref=pd_sim_15_1?ie=UTF8&dpID=51HJL8dcLOL&dpSrc=sims&preST=_AC_UL160_SR160%2C160_&refRID=1ZSRYCHVRW71AX4WCQJE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php