Le chat de l’écriture

colettechat

      (notice de la photo ici.)

Mais tout en eux a été combiné pour le piège, la surprise, l’attaque nocturne ; leurs admirables yeux qui se contractent et se dilatent d’une façon prodigieuse, y voient plus clair la nuit que le jour, et la pupille qui le jour est comme une étroite ligne, dans la nuit devient ronde et large, poudrée de sable d’or et pleine d’étincelles. Escarboucle ou émeraude vivante, elle n’est pas seulement lumineuse, elle est lumière. On sait que le grand Camoëns, n’ayant pas de quoi acheter une chandelle, son Chat lui prêta la clarté de ses prunelles pour écrire un chant des Lusiades. Certes, voilà une façon vraie et positive d’encourager la littérature, et je ne crois pas qu’aucun ministre de l’instruction publique en ait jamais fait autant. Bien certainement, en même temps qu’il l’éclairait, le bon Chat lui apportait sa moelleuse et douce robe à toucher, et venait chercher des caresses pour le plaisir qu’elles lui causaient, sentiment qui, ainsi que nous l’avons vu, blessait Buffon, mais ne saurait étonner un poète lyrique, trop voluptueux lui-même pour croire que les caresses doivent être recherchées dans un but austère et exempt de tout agrément personnel.

Théodore de Banville, Le chat, recueil Contes bourgeois, 1885.

Voici de précieuse informations concernant le poète portugais Camoëns sur wikipedia !

Chat_Sartre

Pourquoi tant d’écrivains aiment-ils la compagnie du chat ?
Pour son silence, son calme, sa discrète et attachante et douce présence.
Le chat conduit à la méditation, à l’introspection, à l’écriture.
Pas étonnant qu’on l’appelle greffier !
Et ses yeux éclairent la page blanche !
Dans l’eau profonde de ses prunelles, l’écrivain trouve son inspiration.

Chat_Perec

Je pense que si Marcel Proust n’avait pas été si allergique et asthmatique, il aurait écrit avec un chat. Comment l’aurait-il appelé ?

Et justement, Frédéric Vitoux dans son dictionnaire amoureux des chats cite Proust :

      Les livres sont les enfants de la solitude et les produits du silence.

Le chat peut rester des heures silencieux et compréhensif auprès de la main qui écrit. Mais alors il ferme ses yeux, il éteint la lumière féline …

Et je pense que les chats sont aussi les amis des livres et encouragent fortement la littérature, ils adorent se glisser entre le livre et les genoux.

Chat_Sagan

      (photos issues de cette page.)

5 réflexions au sujet de « Le chat de l’écriture »

  • 19/03/2016 à 17:08
    Permalink

    Voilà qui parle à mon cœur, moi qui écris avec mon chat les trois quarts du temps sur mon bureau, sur mon ordi (là je hurle parce qu’il fait souvent des dégâts !) sur mon fauteuil (et il mordille quand je m’y assieds comme pour revendiquer que c’est SON fauteuil). Bref : s’il n’était pas là… je m’ennuierais !

  • 19/03/2016 à 20:24
    Permalink

    J’aime bien ton histoire de chat, Sandrion, je connais la même, et le chat sur l’ordi, aïe, oui, la cata ! Par deux fois il m’a mis l’écran à l’envers (je devais retourner mon ordinateur comme un journal pour lire quelque chose !), je fus incapable de remettre tout à l’endroit, j’ai dû appeler mon fils au secours !

  • 20/03/2016 à 17:24
    Permalink

    Ils sont rassurants, ils apaisent. Leurs ronrons font office de métronome pour l’écrivain !
    Bon dimanche Grillon !

  • 21/03/2016 à 09:05
    Permalink

    Le chat sur l’ordinateur, qui passe et repasse, pose une patte au hasard et s’immobilise, se couche papattes en l’air sur le clavier, essaie d’attraper le pointeur qui se déplace sur l’écran: c’est Zorro, mon chat noir; le chat qui se couche à gauche de la machine, là où un peu de chaleur se dégage, la tête sur ma main gauche m’empêchant de continuer à travailler: c’est Timatou, le patriarche de la maison, il ne se glisse pas entre le livre et les genoux ou entre les mots croisés et la table, mais s’étale dessus avec délectation et d’un revers « à la Federrer » envoie le stylo au diable vauvert…Mais que ferais-je sans eux!!!
    Souvent muette, chère Grillon, je visite régulièrement votre blog en en suis ravie à cha-que fois!
    Un début d’année un peu bousculé a reporté le courrier de Nouvel An et je me suis dit que « c’était un peu tard, qu’on ne m’y reprendrait plus », mais Est-ce vraiment trop tard? Chaque jour qui vient on peut se souhaiter le meilleur: alors je souhaite que cha-marche du tonnerre pour vous tous!
    Amitiés.

  • 21/03/2016 à 12:34
    Permalink

    Haha, ces chats facétieux !
    Vous n’êtes pas la seule à tarder dans les voeux, Paulette, je suis incorrigible dans ce domaine ! Je pense bien à vous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php