Saint Loup, de Philippe Berthier

      berthier

Le titre et la photo de couverture, à mon avis volontairement énigmatiques, font réagir les initiés. Robert ! s’écrie-t-on, et on achète le livre, évidemment. Bien joué de la part de l’éditeur (éd. de Fallois, avril 2015) !
Et le lecteur n’est pas déçu, cet enième ouvrage à propos de Marcel Proust est très bon.

L’auteur, Philippe Berthier, est reconnu comme un spécialiste de Stendhal, je ne savais pas qu’il s’intéressait de si près à Proust, mais les deux écrivains sont justement liés par un personnage de la Recherche : Robert de Saint Loup, le grand ami du narrateur dans la Recherche, discute avec lui de Stendhal.

Ce livre, fouillant le caractère de Saint Loup à la loupe, n’intéressera pas bien sûr ceux qui n’ont pas lu À la recherche du temps perdu, mais il traite aussi du sujet plus général de l’amitié chez Proust.
Personnellement je pense que pour le narrateur, Marcel (portant le même prénom que l’auteur), l’amitié est comme l’amour, jamais totalement heureuse et fatalement déçue, car Marcel se pose beaucoup trop de questions, et en amitié comme en amour, il ne faut pas trop s’interroger sur le pourquoi de son existence.

Robert de Saint Loup, neveu de madame de Guermantes, qui devient l’ami fidèle et prévenant de Marcel, a tout pour lui, la beauté, la grâce, l’intelligence, la grandeur d’âme, c’est lui qui saute sur les banquettes du restaurant à la manière de monsieur de Nemours (revoir ici).
C’est le personnage le plus lumineux de la Recherche, mais il contient aussi une part d’ombre, et peu à peu le roman livre à demi-mots ses côtés obscurs. Philippe Berthier rappelle justement ces passages, que l’on avait oubliés, dans lesquels Saint Loup n’apparaît pas tel qu’il souhaite se montrer.

L’intérêt de ces essais autour d’un écrivain et de l’un de ses personnages est de nous donner à relire, à redécouvrir ce qui nous avait échappé ou s’était enfui de notre mémoire. Je ne me souvenais plus, par exemple, que Rachel, une des maîtresses de Saint Loup, s’intéressait beaucoup au symbolisme et que chaque année elle allait passer la Toussaint à Bruges-la-Morte !

Saint Loup évoque La Chartreuse de Parme et son ami Marcel compare le comte Mosca à monsieur de Norpois, ce dernier étant beaucoup moins intelligent.
Ha, pour ma part, monsieur de Norpois est le personnage que j’aime le moins dans la Recherche, politique, pédant, manipulateur, sournois et de mauvaise foi … tout l’envers de ce cher Saint Loup !

    197

    Anda Toucard, Odilon Albaret et Alfred Agostinelli en voiture , 1908, Photographie, Paris, BnF, Département des manuscrits, notice

3 thoughts on “Saint Loup, de Philippe Berthier

  • 23/06/2015 at 08:57
    Permalink

    en voilà un qui va tomber dans mon escarcelle, Pour Proust évidement mais aussi pour Ph Berthier dont j’ai beaucoup aimé la bio de Stendhal

  • 25/10/2015 at 06:35
    Permalink

    Bonjour. J’arrive ici via le blog de Dominique et je suis ravie de ma découverte !
    Bon dimanche. Je reviendrai.

  • 25/10/2015 at 21:18
    Permalink

    Merci à vous et merci à Dominique ! A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php