La moitié du fourbi

      IMGP0184

Le titre est accrocheur, la preuve, j’ai mordu à l’hameçon de ces mots facétieux !
La moitié du fourbi
J’avais lu dans le journal (La Croix), qu’une nouvelle revue littéraire était parue cette année 2015, en février. Ses points de distribution sont encore peu nombreux et, pour satisfaire ma curiosité, je dus la commander directement sur son site web. Premier bon point, je la reçus dès le lendemain !

La revue rassemble des textes d’écrivains encore inconnus autour d’un thème précis.
Le thème choisi pour ce n°1 est Ecrire petit.

Une petite parenthèse : pourquoi les petits mots simples disparaissent-ils de notre langue, il n’existe plus de problème, de thème, de méthode, il n’y a plus que la problématique, la thématique, la méthodologie … pourquoi rallonger ces mots-là alors qu’en même temps on prend les infos grâce à l’appli ou l’ordi à la cafèt’ …

En quoi consiste cet « écrire petit » ?
Le court, le concis, le bref, le SMS, la mininouvelle, l’écriture microscopique par manque de papier, l’oulipo, le nombre très restreint de lecteurs, les petites choses de l’infra-ordinaire à la manière de Pérec …
Les récits, les histoires, les témoignages sont très variés et m’ont captivée : c’est fou ce que l’infiniment petit peut ouvrir sur un vaste registre !

Et cette revue demi-portion d’un tas de choses me fait découvrir un écrivain dont j’ignorais l’oeuvre, Robert Walser, qui fut le maître de la nouvelle extra-courte, un genre que j’aime bien.

Je souhaite à La moitié du fourbi une réussite complète, de partir comme des petits pains, de suivre son petit bonhomme de chemin et de devenir petit à petit la petite merveille attendue avec impatience !

    laloy

    Yves Laloy, Les petits pois sont verts, les petits poissons rouges, musée des beaux arts Rennes, notice.

3 réflexions au sujet de « La moitié du fourbi »

  • 22/05/2015 à 14:47
    Permalink

    Pour que petit à petit nous devenions petits, il faut du grand art et beaucoup d’ascèse ! J’aime un peu ces blogs qui nous obligent à faire petit tout en étant grands : un art, je vous le « re-dis » pour faire court !

  • 26/05/2015 à 10:25
    Permalink

    Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple… J’aime ce mot « fourbis » que je n’utilise plus. Je me demande pourquoi il s’est enfui de mon parlé ?

  • 26/05/2015 à 11:03
    Permalink

    J’aime bien aussi ce mot, fourbi … oublié maintenant . Son origine est dans le Gargantua de Rabelais : le fourby était le jeu de Gargantua, un jeu dans lequel on volait des choses, et le verbe « forbir » voulait dire voler. Le fourbi devint un jeu frauduleux, un trafic malhonnête au XIXème siècle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php