De la splendeur du musée des beaux arts de Cambrai

Le ciel par dessus le toit de la vieille église jésuite de Cambrai était merveilleusement bleu ce vendredi 8 juillet 2011.
Derrière cette magnifique façade commence la rue de L’Epée où se situe le musée des beaux arts de Cambrai.

Depuis longtemps je voulais le visiter, le temps me manquait toujours, c’est l’inconvénient d’avoir de la famille à rencontrer avant toute chose dans la région.

Coup de foudre pour ce splendide musée !
Comme au musée Matisse du Cateau, à quelques kilomètres de Cambrai, un beau bâtiment classique fut agrandi d’une aile moderne qui s’intègre bien à l’architecture du XVIIIème siècle dans cette grande cour ensoleillée.

Les collections, de l’art de l’Antiquité à l’art moderne, sont excellemment mises en valeur dans ce musée lumineux, offrant de multiples perspectives captivantes à observer. Les photos étaient permises et j’ai pris un grand plaisir à emporter dans mon appareil toutes ces lignes de fuite, ces reflets, ces points de vue graphiques et ces décors qui composent un passionnant musée.

La qualité des oeuvres exposées est remarquable, avec des pièces uniques en leur genre.
Mais pourquoi n’est-il donc pas mieux connu ce musée ?
Matisse lui fait sans doute de l’ombre et c’est bien dommage ! On vient dans le Cambrésis pour les découpages d’Henri mais on oublie tout simplement Cambrai qui vaut pourtant le détour.

Je suis arrivée dans ce musée avec un désir bien précis, celui de voir la statue de Chana Orloff. J’avais découvert cette femme sculpteur au musées des années Trente à Boulogne-Billancourt et, en me renseignant à son propos, j’avais vu une photo d’une statue conservée à Cambrai.
La forme si originale de cette maternité m’avait enthousiasmée et je n’avais plus qu’une idée en tête, aller la découvrir dans sa vitrine.

La voilà, la vitrine, dans une petite pièce, au côté d’un portrait de Van Dongen et d’une sculpture de Léon Drivier.

Emotion devant cette statuette de 1914, un plâtre patiné original, interprétant avec une intelligente délicatesse l’amour maternel ! Une maman tient son enfant contre elle et se cambre naturellement pour laisser le petit corps reposer doucement sur son sein. Est-ce parce qu’elle est cambrée qu’elle est à Cambrai ?!

Le site de Chana Orloff ( 1888-1968 ) est à visiter ici

Cette maternité ne m’a pas déçue, au contraire, présentée dans ce magnifique musée, elle a dépassé mes espérances de félicité. Longiligne, fluide et sobre, d’un style original et affirmé qui ne contrarie pas une grande expression de tendresse , elle séduit et marque l’esprit.

Il me faudra bloguer à nouveau autour de ce musée, riche et surprenant, d’un accueil charmant, qui conserve beaucoup d’oeuvres intéressantes et qui mériterait d’être aussi réputé que les bonbons de sa ville !

Son site web est ici

6 réflexions au sujet de « De la splendeur du musée des beaux arts de Cambrai »

  • 20/07/2011 à 07:22
    Permalink

    J’adore cette sculpture!!!
    New York ou Cambrai????? J’hésite!! 🙂

  • 20/07/2011 à 19:01
    Permalink

    tu en parles si bien que l’on a qu’une envie c’est de si rendre pour admirer comme toi, les chefs d’oeuvre qui y sont exposés .. visiblement il y a de l’espace et beaucoup de lumière. Je t’avoue franchement que j’aurais immédiatement eu le coeur battant en voyant le portrait de Van Dongen ..

  • 22/07/2011 à 09:54
    Permalink

    J’aime cette sculpture qui représente une harmonie parfaite et symbolise l’amour maternelle infinie.

  • 19/11/2017 à 10:28
    Permalink

    J’ai les larmes aux yeux en lisant ce très beau commentaire…. Originaire de Cambrai, j’avais été moi aussi bouleversée par la Maternité. C’est LA pièce du musée qui était restée gravée dans ma mémoire et surtout dans mon coeur malgré mon éloignement pour suivre ma route personnelle… Moi aussi, je reviens régulièrement pour revoir ma chere famille et à moi aussi le temps manque à chaque fois pour rendre visite au musée. Maintenant à la retraite, je me suis mise à la sculpture sur bois et mon premier souhait exprimé à l’adresse de mon professeur à été de pouvoir un jour réaliser une copie de la Maternité de Cambrai! Je ne sais pas si je parviendrai à traduire la tendresse et la grâce de cette oeuvre magnifique… j’espère y arriver au moins un peu…

  • 19/11/2017 à 10:34
    Permalink

    J’ai les larmes aux yeux en lisant ce texte. .. Moi aussi je me suis éloignée de Cambrai pour suivre ma route et moi aussi en emportant dans mon coeur l’image de la Maternité et surtout la grande émotion qu’elle m’avait procurée. Je me suis mise à la sculpture sur bois et mon premier souhait a été de pouvoir un jour faire une copie de cette oeuvre magnifique. J’espere être capable de rendre un peu de la tendresse et de la grâce qu’elle exprime. .. en attendant je vais lui rendre une visite lors de mon prochain séjour à Cambrai, c’est sûr!

  • 01/12/2017 à 10:11
    Permalink

    Courbe et contre-courbe, la force de l’arc et l’élégance de la ligne ou des lignes, symboles de tendresse, de répit et de repos « inquiet » avant la prochaine projection vers l’inconnu de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

css.php