Les cordons de la bourse

Chaque soir avant de m’endormir je m’offre un quart d’heure de gaîté en regardant la chaîne de télé BFMBusiness !
M’imaginer m’intéressant aux phénomènes de bourse me fait déjà rire.
« Afterbusiness » est le titre de l’émission dont j’adore le présentateur, David Jacquot, au physique de surfeur hawaïen, large sourire ultrabrite, yeux riboulants de crooner américain, et au phrasé précipité auquel je ne comprends rien mais souscris délicieusement.
Avec lui ce n’est pas alerte à Malibu mais à Wall street.
Aïe le sell off, même pas un fat finger, le DOW dévisse, le Vix gonfle, son vase va déborder (lol, ça, c’est moi qui le dis!).
Ca fait le buzz du biz, le krach du CAC va-t-il suivre ?
Mais non, rassurent, en face de l’animateur en effervescence, des économistes graves et impassibles.
C’est une correction obligatoire après la flambée, une régulation normale, on reste néanmoins suspendu au taux américain sur dix ans …

C’est du Zola sur mon petit écran, dans le jargon et l’ombre menaçante d’une nouvelle financial crisis.
Et je m’endors en réfléchissant aux choses que je vais confectionner de mes petits doigts pour une oeuvre humanitaire.

css.php