Les pages d’enfance

Dans le club de lecture nous avons commencé l’année avec le thème de l’enfance.
L’enfance dans les livres.
Retrouver son enfance à travers celle retracée par les écrivains.
La liste de livres est longue, la voici, incomplète bien sûr, dans un désordre tout enfantin :

      Alham, de Marc Trévidic

      Bakhita de Véronique Olmi

      L’enfant qui mesurait le monde, de Metin Arditi

      Equatoria , de Corto Maltese

      La promesse de l’aube , de Romain Gary

      Sa majesté les mouches, de William Golding

      Les aventures de Tom Sawyer, de Mark Twain

      Le sommeil délivré, de André Chédid

      Les mots , de Jean-Paul Sartre

      L’enfant, de Jules Vallès

      Enfance , de Nathalie Sarraute

      Enfance, de Gorki

      L’inutile beauté, de Guy de Maupassant

      La promesse de l’aube, de Romain Gary

      Le grand Meaulnes, de Alain Fournier

      Du côté de chez Swann, de Marcel Proust

      L’enfant et les sortilèges, de Colette

      Les vrilles de la vigne, de Colette

      Cosette, de Victor Hugo

      Haute Enfance, de Colette Nys-Mazure

      Trésors d’enfance, de Marie Rouanet

      Les malheurs de Sophie, de la comtesse de Ségur

      François le Champi, de George Sand

      Mémoires d’outre-tombe, de Chateaubriand

      Les rédactions de Fritz Kocher, de Robert Walser

      Oliver Twist , de Charles Dickens

      Jacquou le croquant , d’Eugène Le Roy

      Poil de carotte, de Jules Renard

      Vipère au poing, de Hervé Bazin

      Les huit montagnes, de Paolo Cognetti

Le mot enfant vient du latin infans signifiant « qui ne parle pas ». Mais le sujet de l’enfant est très parlant.

Les écrivains se racontent enfant de manière très différente. Tandis que Chateaubriand mettait en avant ses qualités de petit garçon courageux dans son donjon lugubre à Combourg, Rousseau avait osé dévoiler les aspects inavouables de sa jeune nature. Sartre pratiquait l’autodérision, Colette déclinait les sobriquets attribués à l’enfant, gosse, mioche, lardon, bambin, mouflet …
Robert Walser a trouvé les rédactions d’un petit garçon, on aimerait bien retrouver les nôtres, qui nous feraient sourire et nous montreraient sans doute de nous-même un caractère insoupçonné.

Une nouvelle de Maupassant m’a particulièrement étonnée : L’inutile beauté.
Une femme très belle et encore jeune a eu sept enfants en onze ans. Son mari s’assurait de la rendre toujours enceinte afin de la garder tout entière à lui. Mais elle se rebelle !

Tous ces motifs enfantins sont conservés au musée de l’impression sur étoffe de Mulhouse.

Enfance

    Lucio Massari (1569-1633), La Vierge à la lessive, vers 1620, musée des Offices Florence, notice.

Mois de janvier, mois du blanc !
Renouvelons les piles de nos armoires !

Ce tableau me plaît beaucoup, je l’ai découvert dans un gros livre, une belle et riche encyclopédie illustrée, celle de Jésus, publiée par Albin Michel en octobre 2017 et dirigée par Joseph Doré (est-il un descendant de Gustave qui a illustré la Bible ?)

Ce livre est original par la diversité de ses auteurs, des écrivains, des universitaires, des philosophes, des hommes d’Eglise, des croyants d’autres religions et des non-croyants … ils tentent de percer le mystère de Jésus.

Dans le tableau ci-dessus Jésus est un enfant. Il apparaît rarement à cet âge, il passe le plus souvent de l’âge du bébé à l’âge adulte. Ses années d’apprentissage de sa vie terrestre n’ont pas d’importance, l’essentiel est son action future. Il doit même apparaître inconnu parmi ses prochains, personne ne sait d’où vient le messie, l’évangéliste Jean son cousin ne le connaît pas avant sa manifestation.
Néanmoins il est touchant de le voir enfant, de le regarder par exemple là, essorant le linge que Saint Joseph fait sécher sur une branche.

css.php