Les apprentissages de Colette

      Gisèle Freund, Colette au lit Paris, photographie, 1939, Centre Pompidou Paris, notice.

Ma bibliothèque de Colette s’est enrichie en novembre dernier d’un nouveau livre autour de la dame à la belle plume (entre autres son célèbre Duofold Parker Mandarin), il s’agit cette fois d’un roman graphique, un très beau livre que voici :

Annie Goetzinger conte et illustre d’un trait calme et sensuel la vie très mouvementée de Colette. (éd. Dargaud, mars 2017)

Ses dessins élégants, gracieux, d’un réalisme classique, tranchent à première vue avec la vie libre, folle, assez provocante, de l’écrivain, mais correspond bien au style littéraire de Colette, coloré, léger et pétillant, envoûtant.
Pour utiliser une expression chère à Colette, je dirai qu’Annie Goetzinger troussait de manière impeccable une scène ou un portrait avec un crayon plein de verve et d’esprit.

Hélas, comme je lisais et contemplais ce livre un peu avant Noël, j’appris avec une grande tristesse la mort d’Annie Goetzinger. Je vais sans doute me procurer quelques uns de ses autres romans si joliment graphiques.

css.php