Contemplation

Dans Sorbonne Plage (revoir ici) Edouard Launet fait remarquer que les mots temple et atome ont une racine commune.

Ah, le petit régal d’étymologie !

Temple vient de templum, terme latin de la langue augurale désignant l’espace carré délimité par l’augure dans le ciel et sur la terre, à l’intérieur duquel il recueille et interprète les présages ( Dictionnaire historique de la langue française).

Par extension templum s’est dit du ciel tout entier, des régions infernales, des plaines de la mer, et de l’édifice consacré au ciel, aux dieux.
Le mot latin est rapproché du grec temenos, enclos sacré, issu du verbe temnein, couper, qui donne les racines tome, tomie.

On découpait un morceau de ciel pour y lire l’avenir.
Présages des nuages.
Pré carré du devin.

Contempler était à l’origine un mot de la langue augurale formé à partir de cum et de templum.
La contemplation était en latin chrétien l’action de considérer attentivement par les yeux et la pensée Dieu et les choses divines.

A force de considérer l’atome, qui, l’étymologie le dit, était une particule insécable et ultime, donc impossible à couper, les physiciens rendirent cette notion de l’indivisible complètement abstraite. L’adjectif atomique ne peut plus désormais désigner quelque chose qui ne peut pas être coupé, il prend la valeur plus générale de « connaissances et techniques liées à la structure de la matière ».

Pour la contemplation, des oeuvres de Magritte qui vécut dans la ville de l’atomium !

Marcel Proust à Beg-Meil

IMGP6901

Le week end dernier j’ai acheté à Beg-Meil, dans le charmant petit magasin de souvenirs et objets de décoration qui porte bien son nom La note bleue, le petit livre de Philippe Dupont intitulé Marcel Proust à Beg-Meil.

Proust a bien sa place dans un magasin de souvenirs !

Cet ouvrage est intéressant pour ses nombreuses illustrations, photos anciennes du Beg-Meil au tournant du siècle 1900.
Le livre est présenté sur cette page.

Un autre site illustré présente Beg-Meil en septembre 1895 quand Proust y séjourna avec son ami musicien Reynaldo Hahn : ici.

IMGP6824

Je m’attendais à trouver de nouvelles informations palpitantes concernant le séjour de Marcel et Reynaldo dans le canton de Fouesnant, mais non, rien que nous ne savions déjà, il est vrai qu’il est pratiquement impossible de dépasser la somme colossale de documentation que le grand spécialiste de Proust, Yves Tadié, a rassemblée dans la biographie de Marcel, publiée chez Gallimard en 1996.
Le petit livre de Philippe Dupont, clair et bien documenté, est néanmoins très utile pour mieux faire connaître la présence de Marcel dans le Finistère.

Les deux jeunes amis logèrent à Beg-Meil dans une petite pension très simple face à la cale (le petit port de pêche), tellement simple qu’ils eurent du mal à s’habituer au manque de confort (pas de cabinets, pas de cuvettes pour la toilette, pas de rideaux aux fenêtres), à l’hygiène douteuse (des crottes de mouches partout), à la cuisine inexprimable, mais le charme du paysage opéra malgré tout sur eux de manière irrésistible.
Même Reynaldo, qui se montrait le plus réticent, le plus effrayé par ce pays sauvage, finit par s’enthousiasmer de cette splendide région.

IMG_0003

Le papier, pas seulement hygiénique, était rare à Beg-Meil et Marcel ne trouva que du papier d’écolier pour commencer son roman Jean Santeuil, qu’il situe au début à Beg-Meil. Un écrivain ne s’embarque pas sans encre ni papier, non ? ! Son ami Reynaldo est le modèle de l’ami de Jean, Henri de Réveillon. L’écriture est intense, et Proust continue son oeuvre à son retour à Paris à la fin de l’année 1895, puis il ralentit en 1896, il n’écrit que très peu de pages en 1897 et abandonnera ce roman définitivement en 1899, en étant notamment passé par Ruskin et la Bible d’Amiens.
Pourquoi cet abandon d’une oeuvre pourtant riche et de grande qualité ?

IMGP6806

Peine de coeur.
Le couple Marcel-Reynaldo se sépare en 1896. Ils ne seront plus qu’amis, une fidèle amitié remplace la passion aussi grande que brève.
Jean Santeuil est indéfectiblement associé à Reynaldo Hahn et au séjour idyllique à Beg-Meil, Proust ne peut plus continuer d’écrire son roman dans l’état d’esprit initial. Trop de souvenirs !

Dans le nouveau roman qu’il entreprendra quelques années plus tard, À la recherche du temps perdu, il ne sera jamais fait allusion à Reynaldo Hahn et à son oeuvre musical (sauf une petite citation très discrète et rapide). Reynaldo est le grand absent de la Recherche même si la Bretagne s’y retrouve souvent.

Proust connaît d’autres passions, Lucien Daudet, Robert de Flers, puis surtout le mécanicien de Cabourg, qu’il embauchera comme secrétaire et chauffeur, Agostinelli, et celui-ci sera lié tout naturellement à la Recherche. Même si les éléments de Jean Santeuil servent à construire la Recherche, Proust ne peut pas reprendre le site de Beg-Meil synonyme de Hahn, il choisit Cabourg.
Ah, les intermittences du coeur !

IMGP6805

La photographie ancienne et personnelle, que j’ai insérée plus haut, fut prise sur la cale de Beg-Meil, les casiers des pêcheurs étaient encore en bois, le lieu était pittoresque et adorable. La modeste pension située en face, où Proust et Hahn séjournèrent, était devenue le Grand Hôtel de Beg-Meil, très chic, rempli de clients distingués, et j’aimais regarder en contre-plongée, au travers des grandes baies vitrées du restaurant assez élevé au dessus du chemin creux, les serveuses endimanchées dont les coiffes de Fouesnant lançaient des éclairs de blancheur sur le plafond comme les ailes des goélands sur le ciel d’un bleu profond.

Boutons et petits riens

IMGP6892

De quelle nacre sont faits les boutons ?
Leur matière provient des troques, ou trocas, petits coquillages pointus qui vivent dans les mers chaudes. Ils furent ramenés des îles du Pacifique au XVIIème siècle, et, sous Louis XIV, apparurent en France les boutons dans l’habillement, boutons dorés, sertis de pierres précieuses, ou de nacre. La nacre contribua à la large fabrication de cet accessoire de couture, et la région spécialisée dans cette industrie fut la Picardie.

On ne se doute pas que l’origine du petit bouton cousu serré sur la vieille liquette de lin est si exotique.

boutonsnacre
Mais au début du XXème siècle, la concurrence avec le Japon provoque une grave crise en Europe, une vraie guerre des boutons, un effondrement de l’exportation et une baisse des salaires entraînant des grèves, puis la première guerre mondiale accélère la fermeture des usines et des petits ateliers familiaux du bouton de nacre.

L’arrivée du bouton en plastique achève de ruiner cette industrie.

Mais aujourd’hui la mode des boutons de nacre revient. Cependant, ils sont tous fabriqués en Asie, ce qui, après tout, est normal puisque la matière première est sur place.

IMGP6891

Le petit bouton me donne l’occasion de présenter un recueil de poèmes tout à fait délicats et touchants dont je recommande vivement la lecture en cet été de violence :

Guy Goffette, Petits riens pour jours absolus, éd. Gallimard, mai 2016.

Quelques poèmes font le portrait de Max Jacob avec une infinie sensibilité.
Un petit extrait :

La première image, c'est un petit homme frêle,
mais qui ne tient plus en place une fois qu'on l'appelle.

Timide, il est partout chez lui, à Paris comme à Quimper,
clinquant avec les riches et claquant dans la misère.

S'il folâtre avec tous, chante et danse fait mille pirouettes
sans voir dans son dos les grimaces, les poissons, les signes qu'on l'arrête,

c'est qu'il veut à tout prix qu'on le regarde et qu'on l'aime,
maintenant qu'il a vu Dieu dans sa chambre et qu'il n'est plus le même.

Il a beau se mettre en frac, chapeau claque et monocle,
jamais il n'aura l'air d'une statue sur son socle.

[...]

IMGP6896

Scientifiques en vacances

IMGP6888

Je n’ai pas lu ce livre sur la plage, mais dans mon lit ce week end jusque tard dans la nuit …
Toutes ces choses savantes auxquelles je ne comprends rien, atome, neutron, radioactivité, fissure nucléaire, me passionnent !

Edouard Launet, Sorbonne plage, éd. Stock, mai 2016

Non, à vrai dire j’ai choisi de lire ce livre parce que l’action se déroule en Bretagne.
Sur la côte nord, dans la presqu’île de l’Arcouest, entre Paimpol et l’île de Bréhat.
Ce n’est pas un roman, mais le récit de la colonie de vacances des grands noms de la recherche scientifique durant la première moitié du XXème siècle.
Un bon livre pour l’été !
Ils s’appelaient Marie Curie, Jean Perrin, Frédéric Joliot, Irène Joliot-Curie, Pierre Auger, Francis Perrin … et puis les historiens Charles Seignobos et Georges Pagès. Ils décidèrent de passer tous ensemble leurs étés (l’élite universitaire aime rester groupée) dans ce coin de Bretagne sur l’incitation du poète Anatole Le Braz, qui avait des relations avec ce milieu ainsi qu’une maison à Port-Blanc.

IMGP6791

Peu à peu, au début du XXème siècle, ces éminents normaliens, chercheurs, sorbonnards, achetèrent des maisons, et des terrains pour faire construire des villas (je m’étonne qu’ils aient pu si facilement acheter des terres, car, au moins dans le sud de la Bretagne, c’était en ce temps-là presque impossible, c’était pour les propriétaires un déshonneur que de se séparer de son patrimoine) , dans la presqu’île de l’Arcouest, où ils formaient chaque été, durant trois générations, un clan protégé, fermé entre-soi, bien que tous fussent communistes sur le plan politique. On surnomma ce groupe de l’Arcouest « Sorbonne Plage » et quatre prix Nobel les couronnèrent, comme des étoiles de mer sur le sable (ça c’est moi qui le rajoute!).

IMGP6793

Edouard Laurent, ingénieur lui-même et ayant recueilli le témoignage de descendants qui forment aujourd’hui la cinquième génération, raconte de manière captivante la vie particulière de ces savants en villégiature, qui allaient mettre en route sans le savoir et contre leurs idéaux pacifistes la découverte la plus terrifiante, la bombe atomique.

Ces familles, auxquelles s’est ajouté un autre nom célèbre, Liliane de Bettencourt, occupent encore aujourd’hui ce lieu et un monument en granit rose au bout de la presqu’île rend hommage à Irène et Frédéric Joliot-Curie. Consulter le site.
Deux blocs de granit se font face, légèrement écartés l’un de l’autre comme si le roc avait été coupé en deux, c’est le symbole de la fission du noyau atomique dont le couple fut le précurseur.

arcouest

dans un bain d’indigo

IMGP6867

      Bleu Klein

      Un jour tu es entré dans le bleu
      comme on pénètre dans la vraie vie
      tu es entré dans le bleu
      tu as fait le pari de l’immensité
      et ce fut comme un sésame

IMGP6863

      un passage vers l’autre versant du miroir
      ce ciel qui emplissait tout
      la respiration des galaxies
      la cadence des univers
      le souffle magnétique de la Grande Ourse
      un jour tu es entré dans le bleu
      pour n’en plus jamais revenir

IMGP6866

      ce bleu ardent électrique
      invulnérable
      tu t’es plongé dans un bain d’indigo
      au centre de l’horizon
      pour voir tout en bleu
      ligne de ciel
      ligne de coeur
      la belle bleue

IMGP6874

      avec tes pinceaux vivants
      l’intensité l’intensité l’intensité
      pour devenir bleu d’émotion
      découvrir ce lâcher de ballons bleus
      au fond du coeur
      ce saut dans la poésie
      où la création recommence
      à chaque instant

IMGP6864

      où l’éternité a la grâce des funambules
      une énergie capable de forcer la pesanteur
      une vie vouée au judo du bleu
      une fête de l’infini
      pour les marcheurs d’aurores

      Zéno Bianu, Bleu Klein, poème inédit 2013, dans La poésie au coeur des arts, éd. Bruno Doucey

IMGP6868

Quel bel hommage à Yves Klein que ce poème bleu de Zéno Bianu !
Je devais logiquement l’illustrer avec les toiles du peintre … on me pardonnera peut-être la tentation de montrer mon jardin, qui en ce moment, malgré la chaleur, sait nous réserver une fraîcheur bleue très agréable. Ces fleurs d’un bleu ardent doivent leur intensité au sol acide et granitique breton. J’ai planté de nouvelles agapanthes, encore jeunes petites têtes d’un bleu fou, un bleu vertigineux, un IKB de légende, j’espère qu’elles vont transformer mon parterre en monochrome outremer !

IMGP6870

À la pêche aux moules

renoirmoulesbarnesphiladelphia

      Renoir, Pêcheuses de moules à Berneval, 1879, The Barnes Foundation Philadelphie, notice.

Berneval se trouve sur la côte normande près de Dieppe et près du château de Wargemont dans lequel Renoir fut invité par le propriétaire, Paul Berard.

C’est grâce aux enfants que Renoir et Berard firent connaissance, chez madame Charpentier.

Le peintre avait fait le portrait des enfants Charpentier (revoir ici), tableau qui remporta un vif succès au salon de 1879, et Berard commanda alors aussi un portrait de ses enfants (voir ici) en invitant Renoir dans son château durant l’été 1879.

L’été est fructueux pour chacun, Renoir décore aussi les pièces du château, et profite de moments de liberté pour peindre des scènes de plage et des paysages.

renoirmoulesngwash

      Renoir, La récolte des moules à Berneval, 1879, NG Washington, notice.

Ce tableau peut être vu encore pour quelques jours à Paris au musée Jacquemart André, dans L’atelier en plein air, je n’ai pas pu visiter l’exposition, mais mes enfants m’ont offert le beau catalogue !
Le point de vue est intéressant, il s’agit de moules mais on ne voit pas la mer. Les pêcheurs remontent de la plage avec leurs paniers, et de lourdes hottes sur le dos.
La végétation foisonne, la touche est libre, impressionniste, imprécise, ce n’est pas là une commande pour la famille Bérard, c’est une toile pour le plaisir de peindre.

L’amitié entre Paul Bérard et Renoir ne se démentira jamais, le peintre reviendra séjourner à Wargemont en 1885 et dans les années 1890. Bérard sera le plus important mécène de Renoir en lui achetant une trentaine de toiles.

IMGP6886

Une prairie tissue avec des pétales de poiriers en fleurs

mccoshsmithsonian

      David McCosh, Femme repassant, SAAM Washington, notice

Je me souviens, de Georges Pérec, on s’en souvient bien, le souvenir personnel et à la fois collectif, le souvenir intime qui parle à chaque lecteur parce qu’il a les mêmes …
Je me souviens, ce livre, par la force mimétique, donne envie de l’écrire à son tour et à sa façon, et, de ce fait, devient utile dans les clubs d’écriture.

Un nouveau livre rend hommage à Pérec en énumérant des Je me souviens liés à un thème précis : le vêtement, l’accessoire, et tout ce qui tourne autour de la mode, de ses images, symboles, mots, expressions …

flem Lydia Flem
Je me souviens de l’imperméable rouge que je portais l’été de mes vingt ans.
éd. Seuil, mars 2016

Comme Georges Pérec, Lydia Flem est une lectrice de Proust, elle le cite souvent, lui qui avait bâti son oeuvre comme une robe. Son propre livre est d’ailleurs ce que Proust appelle une littérature de notations, qui rassemble, sous de petites choses vécues, la réalité, la vraie vie révélée par les mots.
Mais ce n’est pas seulement grâce à Proust que j’ai aimé ce livre, les 479 souvenirs vestimentaires sont agréables à lire, variés, entre l’étymologie d’un mot, l’émotion personnelle, l’anecdote historique, le détail cinématographique, pictural, littéraire, etc …

On pense à cet autre livre, d’un genre différent, qui ouvre l’armoire des fringues et de la mémoire, Dressing, de Jane Sautière (revoir ici).

      null
      Vincent van Gogh, Le petit poirier en fleurs, musée van Gogh Amsterdam, notice et commentaire

      Un extrait :
      244 – Je me souviens que pour le Dictionnaire de l’Académie française, le tissu (participe passé de l’ancien verbe, maintenant inusité, tistre) s’emploie au figuré : Une vie tissue de chagrins et d’infortunes. Proust décrit une prairie qui semble « tissue seulement avec des pétales de poiriers en fleurs ».

      Lydia Flem, Je me souviens de l’imperméable rouge que je portais l’été de mes vingt ans.

Cette citation provient du Temps retrouvé, dans la description de Paris pendant la guerre. La capitale n’est plus éclairée par les lampadaires et devient semblable à la campagne, seul subsiste le clair de lune, qui filtre au travers des arbres sur le boulevard Haussmann et sème ses taches claires de lumière comme des pétales de fleurs.

steinlenpiscine

    T. A. Steinlen, Femme assise dans un canapé, La Piscine Roubaix, notice.

Les descriptions vestimentaires dont je me souviens dans la Recherche sont multiples bien sûr, parce que Proust a mis en scène les vêtements comme de vrais personnages, avec lui l’habit fait la personne et vice-versa, et l’une d’elles en particulier m’a amusée. Il s’agit d’une robe de chambre.
Le narrateur demande l’avis de la duchesse de Guermantes pour offrir des toilettes à son amie Albertine, car il veut être sûr que les tenues choisies par lui soient bien à la mode et adaptées à son jeune âge.
Il demande ainsi à la duchesse (au tout début de « La Prisonnière »):

      Et cette robe de chambre qui sent si mauvais, que vous aviez l’autre soir, et qui est sombre, duveteuse, tachetée, striée d’or comme une aile de papillon ?

La duchesse lui répond : « Ah ! ça, c’est une robe de Fortuny. Votre jeune fille peut très bien mettre cela chez elle. »

J’aime bien la franchise naïve du narrateur qui ose dire à la duchesse que sa robe de chambre sent mauvais.
On oublie qu’autrefois on ne passait pas les vêtements à la machine à laver comme aujourd’hui. Certains, trop luxueux, fragiles, n’étaient jamais lavés et devaient s’entourer d’un nuage olfactif aussi lourd que leur étoffe …

voinquel

Précieux coquillages du XVIIème siècle

astutrecht

    Balthasar van der Ast, Nature morte aux coquillages, vers 1630, Centraal Museum Utrecht, notice et commentaire.

Ramenés par la compagnie des Indes Orientales, et aussi par la compagnie des Indes occidentales, les coquillages exotiques furent au XVIIème siècle considérés comme de précieux objets de collection, et au début du siècle surtout, comme toute nouveauté, ils se vendaient très cher.
Les collectionneurs, qui les conservaient jalousement, demandaient souvent à des artistes de peindre leurs trésors.

Les peintres les plaçaient dans des natures mortes au côté d’autres objets et de végétaux, les coquillages seuls en motif principal étaient plus rares, et Balthasar van der Ast devint le plus important peintre néerlandais de coquillages avec de petits formats.

rembrandtconusrijks

Rembrandt collectionnait aussi les coquillages, et celui-ci, unique dans son oeuvre gravé et très célèbre, est représenté en grandeur nature avec une très grande finesse d’observation.

Un autre peintre de coquillages s’est rendu célèbre à la toute fin du XVIIème siècle, c’est Adriaen Coorte, que j’avais présenté ici. Le Louvre possède deux tableaux, les revoici :

coorte1l

    Adriaen Coorte, Cinq coquillages sur une tranche de pierre, 1696, musée du Louvre, notice et commentaire.

Coorte a poussé à l’extrême le raffinement du détail.
Joyaux de la mer harmonieusement ciselés.

coorte2l

    Adriaen Coorte, Six coquillages sur une tranche de pierre, 1696, musée du Louvre, notice.

On comprend que ces espèces, découvertes par les marins embarqués vers de si lointaines contrées, suscitèrent alors un engouement exceptionnel. Nous sommes moins étonnés aujourd’hui, et certainement plus admiratifs devant les oeuvres d’art qu’elles ont engendrées.

merianconusrijks

    Jacob de Later, Douze coquillages, gravure d’après Maria Sibilla Merian, 1705, Rijksmuseum Amsterdam, notice.

Célébration de la bernique

IMGP1641

Il y a au musée des beaux arts de Quimper un immense tableau intitulé La Bretagne.

Le nom du peintre est Jean Brunet, l’oeuvre est datée de 1908. La notice censée être donnée dans le site du musée présente apparemment un défaut, ici, on ne peut pas la lire.

Une bretonne en coiffe pose, l’air grave et pénétré, pieds nus dans les rochers au bord de la mer. Près d’elle une serpe avec laquelle elle a cueilli du gui selon un rite druidique peut-être. Elle tient des ajoncs d’or, fleur emblématique de la province. Derrière elle un paysage brumeux, mystérieux, des navires égarés, illuminés, des mégalithes dressent leur ligne fantastique, une croix rappelle que le pays est pieux, en somme cette figure de bretonne, tragique, imposante, est folklorique, c’était l’idée kitsch qu’on se faisait de la Bretagne.

Ce tableau est néanmoins intéressant.

IMGP1508

Sur le rocher se trouve une seule sorte de coquillage. Le peintre aurait pu en choisir un plus spectaculaire, plus grand, plus beau, mais il a peint des berniques. L’une d’elle est renversée, on voit sa chair couleur d’ivoire.

Le chapeau chinois est le plus simple, le plus désuet, le plus courant des coquillages, celui toujours absent des restaurants, alors qu’il est comestible.

IMGP1507

Il est coriace et ne se laisse pas faire, c’est peut-être pourquoi le peintre l’a choisi pour caricaturer la tête dure du Breton !

Son nom, bernique, vient du mot Brenn qui désignait le casque des Gaulois.

C’est aussi une patelle, incroyablement résistante, sa coquille peut supporter une masse de 300 kg. Elle adhère si fortement au rocher qu’elle peut résister à une traction de 3500 kg au cm2. Il est donc assez difficile de la pêcher. Question de technique !

IMGP6524

Gwenn-Aël Bolloré, qui avait débarqué le 6 juin 1944 avec le commandant Kieffer (son récit est passionnant !), qui a créé chez lui à Quimper un musée d’océanographie, et qui est mort il y a juste quinze ans aujourd’hui le 12 juillet 2001, lui a consacré un charmant ouvrage, La célébration de la bernique :

IMGP6568

Ce mollusque vit dans la zone intertidale, c’est à dire sur la partie des rochers qui se découvre à marée basse et est immergée à marée haute. La bernique se déplace, part se promener, mais revient à sa place, et se nourrit de plancton.
Elle avait la réputation d’être mangée par la population la plus pauvre, et sur l’île de Batz, paraît-il, elle servait à nourrir les cochons.

Je n’en ai jamais goûté, mais Gwenn-Aël Bolloré donne de nombreuses recettes et assure qu’elle est délicieuse.

IMGP6522

Sa forme est très variée, il existe plus de deux cents espèces.

Chaque fois que je vais à la plage, j’en choisis une, la mets dans ma poche, au risque de l’oublier et de la faire passer dans la machine à laver. Geste enfantin, instinctif, ramasser une petite chose insignifiante et la glisser comme un trésor dans sa poche, minuscule cupule dans mon bardocuculle !

IMGP6525

Au coeur de la conchyliologie

IMGP6556

      Côté coeur ♥

      Côté pile ou face

IMGP6555

La coque porte bien son nom latin cardium, considérée sous un certain angle, elle présente une forme de coeur.

Elle peut entrer dans la catégorie coeur de mon blogue !

Et si cet été nous cherchions le coeur caché des jolies choses ?

IMGP6553

Ce coquillage est plus étonnant encore de profil.
Il se brode de lignes concentriques comme les motifs de coeurs dessinés dans les arts et traditions populaires de la Bretagne.

Je l’ai bien trouvé en Bretagne, mais pas sur la plage, dans une brocante !

IMGP6552

L’idée de chercher un coeur dans les coquillages ne vient pas de moi, elle est très ancienne, et fut déjà décrite au XVIIIème siècle.
Le site Gallica de la BnF permet de feuilleter un ouvrage intitulé

    « L’histoire naturelle éclaircie dans deux de ses parties principales : La lithologie et la conchyliologie« 

édité en 1742 par De Bure, Société royale des Sciences de Montpellier.

Voici la page des coeurs. On peut zoomer pour mieux voir les détails des gravures.
Les flèches sur la droite permettent de tourner les pages.

L'histoire_naturelle_éclaircie_dans_deux_[...]Dezallier_d'Argenville_btv1b8623259b (5)

Par ailleurs je n’aurais pas recherché dans Gallica cet ouvrage foisonnant si’il n’avait pas été cité dans un livre que je suis en train de lire et qui me plaît beaucoup :

51d+Ikl8wZL._SX350_BO1,204,203,200_ Nadine Ribault, Carnets de la Côte d’Opale, éd. Le Mot et le Reste, janvier 2016.

Ce petit livre dit tout le mystère de la mer balayant la côte vers le Cap Gris Nez, sous le ciel infini infusé d’une lumière d’or typique de cette contrée du nord de la France.

L’écriture séduit, surprend, enchante comme ces coquillages si variés que les grandes marées laissent entrevoir.

L'histoire_naturelle_éclaircie_dans_deux_[...]Dezallier_d'Argenville_btv1b8623259bNadine Ribault a créé elle-même un collage pour la couverture à partir d’une planche du livre d’histoire naturelle de 1742.

Un petit extrait :

      « Les bâches brillaient, métalliques, vives et trop présentes désormais : avaient-elles seulement existé, ces bâches discrètes d’eau salée mauve et satinée des heures précédentes, ces assemblées de robes blanches étalées sur le sable ?
      Il était possible, par cette matinée d’été, de monter les quelques marches qui menaient à la plateforme d’observation, au dessus du poste de secours d’Hardelot, et de venir prendre appui à la balustrade pour contempler, délaissant enfin ce monde du bourrage-de-crâne, l’infini des ouvertures attractives« .

Les bâches, ces mares d’eau tiède oubliées par la mer à marée basse, ne portent pas ce nom sur les plages bretonnes qui s’y prêtent parfois (pas partout) par leur géographie plane, mais elles m’émerveillent toujours, miroirs du ciel et baignoires idéales pour les petits enfants en été.

Ce livre très poétique de Nadine Ribault est un coup de coeur !

coeurscoques

css.php