slammer son portrait

IMGP6219b

Me, myself and I …
Pourquoi trois fois moi ?
Dans le miroir il faut qu’on aille,
Pour dresser le portrait de soi …

L’autoportrait et le visage sont à la mode ce printemps, plusieurs musées se prêtent à ce jeu.

Il y a une exposition au musée des beaux arts de Lyon que j’aimerais bien visiter, sa présentation est ici :

Et puis il y aura bientôt au musée des beaux arts de Quimper l’exposition d’autoportraits du musée d’Orsay, dont j’ai parlé ici.
En prélude à cette exposition, le musée a organisé, en collaboration avec deux écoles primaires de Quimper et des personnes compétentes, un travail de dessin et d’écriture autour du thème de l’autoportrait.

46 élèves de huit à dix ans ont imaginé leurs portraits sous deux formes : une image créée sur papier, encadrée, et un texte écrit selon un mode d’expression bien précis, le slam.
Chaque texte imprimé est affiché en dessous du tableau correspondant.

IMGP6219

Le résultat est magnifique, exposé dans une salle du musée, les voix des élèves sont par ailleurs enregistrées, c’est une bien belle idée.

On le voit et entend sur cette page.

Pour la nuit européenne des musées, le 21 mai, des ateliers d’écriture seront mis en place, il sera demandé aux participants volontaires de dresser leur portrait dans leur ville ou leur village de Bretagne, et plusieurs tableaux du musée, d’inspiration bretonne, leur seront suggérés comme point de départ ou support à cet autoportrait. La consigne sera la même que pour les enfants, écrire en slam.

Je vais participer à l’encadrement de ces ateliers, mais je ne suis plus un enfant, ne sais pas ce qu’est le slam !
On m’a conseillé de lire les chansons de Grand corps malade, le plus important slameur francophone paraît-il. Je ne trouve pas ses textes terribles, je dois manquer quelque chose.

Si le participant est d’accord, son texte lu par lui à voix haute sera aussi enregistré.

IMGP6225

L’essentiel est de jouer sur la rime. On se raconte en bouts rimés.
On dit ce qu’on aime en Bretagne en cherchant le rythme, puisque le mot rime est probablement issu du mot rythme.
La rime donne le rythme qui donne le slam. J’ai cherché ce mot dans le dictionnaire, slam est un verbe anglais qui veut dire « claquer ».
to slam the door, claquer la porte.
Le slam donne un bruit de claquement, c’est une déclamation poétique sans accompagnement musical.
J’ai l’impression que le slam fixe des clous sous les semelles des mots afin que ceux-ci résonnent pour danser en claquettes. Imaginons un peu, pour nous aider à nous décrire en slam, que nous sommes Judy Garland ou Fred Astaire …
La nuit des musées sera animée, on va bien s’amuser !

IMGP6223

css.php