image_pdfimage_print

Le petit train d’intérêt local

Il pleuvait à Brest ce jour-là.
Ce jour-là était vendredi dernier, j’ai passé la journée à Brest avec mon mari.
Nous avons pris le train à Quimper. Cette petite ligne transversale, qui relie le nord et le sud du Finistère, fut menacée de disparition, le choix fort heureux de sa restauration fut décidé, elle fut fermée pendant plus d’un an pour les travaux et a repris du service il y a deux mois. Les voies étaient en si piteux état que la durée du trajet avait doublé, et le train barattait ses voyageurs au point que le contrôleur ne tenait plus debout.
Maintenant le joli TER file souplement et redonne vie aux viaducs, ces nobles constructions qui enjambent fièrement les vallons. C’est rendre hommage aux hommes, qui ont édifié autrefois ces hauts ponts de pierre pour la circulation ferroviaire, que d’avoir remis en bon état ces voies sillonnant une campagne ravissante.
Nous reprendrons régulièrement ce train, il doit vivre, il appartient à notre patrimoine, nous ne pouvons pas abandonner cet ancêtre si serviable.

Ce petit train porte juste le nom de train. Avec lui, on prend le train, pas le TGV.
Avec lui, pas de grande vitesse, on l’entend siffler comme autrefois à l’entrée et à la sortie des petits tunnels, et on aime découvrir grâce à lui des noms de patelins insoupçonnés.
En parlant de sobriquets, voici ceux du petit train de Balbec :

J’allai prendre le petit chemin de fer d’intérêt local dont j’avais, par Albertine et ses amies, appris autrefois tous les surnoms dans la région, où on l’appelait tantôt le Tortillard à cause de ses innombrables détours, le Tacot parce qu’il n’avançait pas, le Transatlantique à cause d’une effroyable sirène qu’il possédait pour que se garassent les passants, le Decauville et le Funi, bien que ce ne fût nullement un funiculaire mais parce qu’il grimpait sur la falaise, ni même à proprement parler un Decauville mais parce qu’il avait une voie de 60, le B. A. G. parce qu’il allait de Balbec à Grallevast en passant par Angerville, le Tram et le T. S. N. parce qu’il faisait partie de la ligne des tramways du Sud de la Normandie.

Marcel Proust, extrait de Sodome et Gomorrhe II

Le petit train de Quimper à Brest est surnommé le suppositoire. A certaines heures, son unique voiture fuselée à chaque bout lui donne bien cette forme !

J’aime bien ces photos de locomotives exposées devant le CNIT dans les années cinquante.

css.php